et puis sur la pointe des pieds, s’arrêter un peu

07/06/2022 Mont Mézenc

Juin vient avec ses bonheurs ses retrouvailles
et aux heures creuses
aux lutins qui dévorent le labeur du jardin
il me faut faire guérilla

Il est aussi des temps où les mots défilent sans s’imprimer
Il est aussi des temps où la saveur d’un texte échappe trop souvent

Se défaire de l’écriture pour lui redonner sens
Y revenir avec fraicheur et nécessité

Je n’ai pas pour habitude de passer sans m’asseoir
et de l’échange donner se marie avec recevoir
Ainsi au moins quinze jours passeront
sans visiter

sans aimer sans commenter
sans déposer

merci de votre compréhension
et… à la fin du mois

« A L’OUEST, LA ROUTE », une nouvelle publication mise en ligne sur ce blog.

Il y a plus d’un mois, j’ouvrais une nouvelle page sur ce blog : publications
On y trouve de modestes recueils réalisés par mes soins avec mes textes et photos, en utilisant le support Calaméo. On pourra lire aussi sur la page ce qui motive ce choix.
Deux premiers recueils intitulés FORCEMENT et AU MÉANDRE RENDU ont déjà été publié.
Aujourd’hui, je mets en ligne A L’OUEST, LA ROUTE qui regroupe des poèmes écrits en longeant les côtes bretonnes, en itinérance cyclo, en septembre dernier. Certains de ces textes ont été publiés dans la revue Mot à Maux.
En vous remerciant pour votre lecture.

N’oubliez pas de cliquer sur le carré en haut à droite pour une lecture optimale.

« au méandre rendu » : une nouvelle publication numérique en ligne sur l’ANCRe NOMade

Il y a un mois, j’ouvrais une nouvelle rubrique sur ce blog : publications
On y trouve de modestes recueils réalisés par mes soins avec mes textes et photos, en utilisant le support Calaméo. On pourra lire aussi ce qui motive ce choix.
Un premier recueil intitulé FORCEMENT avait vu le jour.
Aujourd’hui je mets en ligne AU MÉANDRE RENDU qui regroupe des poèmes de voyages écrits il y a un peu moins d’un an. On pourra lire dans la préface ce qui m’incite aujourd’hui à publier ce recueil.
Pensez à cliquer sur le carré en haut à droite pour agrandir le format.
En vous remerciant pour votre lecture.

mot à maux n°20

Je ne saurai trop vous recommander la dernière livraison de MOT à MAUX, revue que conduit Daniel Brochard avec sérieux et engagement. Un opus costaud, régénérant, pour lequel pas moins de vingt auteurs ont contribué.
De nouveau, j’en suis , avec des extraits de « à l’ouest, une route » écrits à l’automne 21 (sous le titre « ouest »)
4 euros le numéro.



publication

Sur la route une borne
telle une entorse faite à la résignation
J’avais laissé là
avec l’incertitude qui sied au geste
une partie de moi
Et voici inscrit ici
la modeste obole

L’appel à écrire de Daniel Brochard a résonné en moi. Sa forme, l’interpellation et l’engagement.
J’ai plaisir à partager avec vous ma première participation à une revue, qui de plus fait sens pour moi.
Une revue fragile qui a besoin d’être soutenue.

La route etait délicate
et nous manquions de cette délicatesse
qui embellit les
âmes
Aussi nous réprimes la route

à l’arrière plan

03/05/2021 Lyon

Prendre liberté pensons-nous
Donner au physique des sons
ce qu’intime l’évidence

Et nos mains à l’aveugle
hasardent une trajectoire

Rien à l’esprit ne vient
L’entends-tu la voix qui te chuchote
prends garde veux-tu
aux fauves à l’affut
leur souffle pestilentiel
de leur brutalité la salissure
Et reviens-nous vivant

Lire la suite

les mots vagabonds (5)

08/2020 quelque part au sud de Tromso (Norvège)

Au vrac du monde
je voyais d’un puzzle
l’emboîtement des éléments
une préméditation
les gonds et les serrures
l’absence de fantaisie
et dans l’espace clôt
ma pièce stérile

Au vrac du monde j’inscrivis
des mots qui écarquillent
le glas sonné des douleurs
et de mon âme une révélation

Lire la suite

rendez-vous manqué

nov 2020 / quartier du Grand Châtelet


Tu m’aurais invité
en bordure des champs de lin
à retrouver au souffle qui insiste
l’ivresse d’une onde  
et dans le bleu des pétales
une forme d’allégresse

Je n’aurais alors eu d’yeux
que pour le tracé de tes lèvres
et la suite de tes paroles
dans mon regard
se serait noyée

On se serait donné rendez-vous…

Lire la suite