publication

Sur la route une borne
telle une entorse faite à la résignation
J’avais laissé là
avec l’incertitude qui sied au geste
une partie de moi
Et voici inscrit ici
la modeste obole

L’appel à écrire de Daniel Brochard a résonné en moi. Sa forme, l’interpellation et l’engagement.
J’ai plaisir à partager avec vous ma première participation à une revue, qui de plus fait sens pour moi.
Une revue fragile qui a besoin d’être soutenue.

La route etait délicate
et nous manquions de cette délicatesse
qui embellit les
âmes
Aussi nous réprimes la route

à l’arrière plan

03/05/2021 Lyon

Prendre liberté pensons-nous
Donner au physique des sons
ce qu’intime l’évidence

Et nos mains à l’aveugle
hasardent une trajectoire

Rien à l’esprit ne vient
L’entends-tu la voix qui te chuchote
prends garde veux-tu
aux fauves à l’affut
leur souffle pestilentiel
de leur brutalité la salissure
Et reviens-nous vivant

Lire la suite

les mots vagabonds (5)

08/2020 quelque part au sud de Tromso (Norvège)

Au vrac du monde
je voyais d’un puzzle
l’emboîtement des éléments
une préméditation
les gonds et les serrures
l’absence de fantaisie
et dans l’espace clôt
ma pièce stérile

Au vrac du monde j’inscrivis
des mots qui écarquillent
le glas sonné des douleurs
et de mon âme une révélation

Lire la suite

rendez-vous manqué

nov 2020 / quartier du Grand Châtelet


Tu m’aurais invité
en bordure des champs de lin
à retrouver au souffle qui insiste
l’ivresse d’une onde  
et dans le bleu des pétales
une forme d’allégresse

Je n’aurais alors eu d’yeux
que pour le tracé de tes lèvres
et la suite de tes paroles
dans mon regard
se serait noyée

On se serait donné rendez-vous…

Lire la suite

la vague les emporte

Particules transfrontalières
nous franchirions
regards tendus vers les brumes d’horizon
les limites devenues invisibles

Je demeure ici ou là
dans de multiples asiles
le curieux par nature
l’évadé de la cage
le franchisseur de clôtures

Lire la suite

Les mots vagabonds (4)

Il s’en faudrait de peu que
dans l’œil qui si souvent fixe la fenêtre
s’égare le langage
L’œil dans sa solitude
peine par-delà le verre
se dépose sur quelques pâquerettes
l’hirsute d’une herbe qui tarde
L’œil qui fixe la fenêtre
quête dans le vague
les primes brises du premier souffle
et l’élan des mots vagabonds

Lire la suite

les mots vagabonds (3)

septembre 2012 et 2014 / asphalte

J’entends les mots qu’ils prononcent
quand à l’heure précoce
ils racontent le monde
Chaque lever cette rumeur du dehors
l’uniforme des formules
l’obsession à force de répétition
Et ce vocabulaire et le phrasé m’enveloppent
occupant du binaire l’espace de la pensée
Dans l’esprit les actes qui emprisonnent
Dans l’esprit la paresse empoisonne

Lire la suite

Il est des contre allées où l’on se risque à contre sens / texte seul


Le texte qui suit introduit la vidéo éponyme mise en ligne hier que je vous invite à visionner. Pour ceux que le format vidéo rebute ou pour permettre une lecture posée, je le publie ici « externalisé » dans la rubrique « mais encore ».

Plus tard tu me demanderas
les strophes qui de l’obscurité
bordent le sommeil

Je te répondrai
Si sèche est la langue du conteur
qu’aux songes tant de broc
et qu’à voix haute il préférerait les taire

Lire la suite