Accueil » au jour qui passe, dire son fait » pointe des pieds

pointe des pieds

mi-novembre 22 / premières chutes

J’entre sur la pointe des pieds
posé entre coussinets et orteils
nus même en hiver
J’entre
éphéméride emplie de hiéroglyphes
à n’en plus savoir comment deviner le jour
J’entre
et l’ombre de mes mots
s’étire méconnaissable
Les regards se taisent
Je comprends

J’ai balayé la pluie et les feuilles drapées
il faudra nourrir la terre avant qu’il neige

J’ai balayé
il était temps
Plus de chemin possible
pour l’à verse d’automne
La gorge s’engorge et toussote
enrouée

Dedans
j’ai frotté l’étincelle
pour de l’ombre extraire une lueur
entrevoir ce que le monde fait de nous
des hommes aux chaussettes dépareillées
jambes du pantalon
pour en masquer la honte
étirées à l’extrême
Les regards se taisent

Miettes sous la table
toujours le même geste
pour faire place neuve
et regarder dehors
comme si
Toujours un peu gêné

La barrière de rouille
qui alimente d’un novembre égaré
l’aubade et l’insistance
Dehors

De nos matins
l’hiver tanne les murmures
tacite reconduction d’un accord avec l’âme

Une rapsodie étale son vernis
sur les carreaux du sol
soleil et pluie font bon ménage

Sur la table interstellaire
mille lucioles s’éclairent
et l’ombre de mes mots
s’étire méconnaissable

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s