Accueil » au jour qui passe, dire son fait » nous qui croyions la bonhommie en berne

nous qui croyions la bonhommie en berne

9 sept 2022 quelque part entre

Il faut faire effraction aux habitudes
et laisser la route diluer les heures dites
Au quatrième matin
déjà le ventre les tripes le foie
dans leur grande toilette
envoient les signaux

Au cinquième les sens lâchent du lest

Et de perspective en perspective
nous glissons dans des habits du fluide
propres comme pour un dimanche
Tiens
nous qui croyions la bonhommie en berne
et les regards fuyants
au débotté nous conversons
de la vie chère des vaches et des truites
d’une curieuse saison et des estivants s’en allant
de l’origine de l’issue
de mécanique cyclopédique
du pays
de l’âge des artères
de l’herbe sèche si sèche
et des bêtes en souffrance
Nous serions trait d’union
par le sillon des voix
entre le pêcheur de sa collection de mouches
fier et sa pause pieds dans l’eau
l’exploitant ténébreux et local
annonçant l’orage et d’un langage sibyllin
nous chassant de sa terre
l’agente d’entretien au congé aspirant
le couple exhubérant dur d’oreille ou bien légèrement émêché

Déjà les routes se haussent
Les corps à l’effort s’aguerrissent
et dans cette géométrie qui affirme
à coup de failles et de corniches
de la terre les grandes mutations
nous nous confondons entre l’instant vécu
et celui à venir

Suite du journal poétique et de bord d’un incertain et actuel voyage cyclo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s