Accueil » au jour qui passe, dire son fait » des terres d’herbe et de silence

des terres d’herbe et de silence

07/06/2022 sous le Mézenc

Enfant
de mémoire tu traçais les lignes de vie des villes
et du dédale d’avenues ta pointe t’emmenait
par delà ta banlieue

dans les terres d’herbe et de silence
Toi le môme qui sur un Mercier d’occasion

(et sans vitesse)
nez dans le chrome souffle court et cuisses douloureuses
commentait avec allégresse ton ascension triomphante

à quinze minutes de Paname
d’un hors catégorie mythique

On devrait
auprès de toutes les sources de toutes les rivières
se construire un nid
Être milan ou faucon émerillon
épouser de son vol la tendresse des lits
voir les flancs s’élever vers le roc
et repiquer de versant en versant
des eaux connaître l’alpha et l’oméga
les petits noms et les penchants
Lignon Saliouse Eysse Gazeille
On comprendrait ce qui échappe
le singulier et la globalité
et le flux de nos existences qui au détour du méandre
effleure ce qui fut et raconte nos errances passées

Tout ce chemin parcouru pour retrouver la burle et la pierre de lave
le creux qui nous vit des premiers pas
balbutier le futur
et l’herbe à l’infini
comme une neige d’été
hier dressée et indolente
se courbant aux vents ses vagues heurtant les fûts
Et l’herbe
ce matin odeur de fierté rompue
retournée à la terre
comme confirmation de tout renouvellement

Aux ans qui te guident tu parcours vals et monts
veillant dans le cœur des fleurs de lin
la solitude du coquelicot
Tu absorbes l’absence et le silence
et des rumeurs vénéneuses
mi-homme mi-faucon tu t’échappes

Méjeanne Rieufol Vernasson Mazan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s