Accueil » au jour qui passe, dire son fait » d’un tel trouble, la perspective redessinée

d’un tel trouble, la perspective redessinée

31/05/2022 en bordure



Au fer forgé des balcons
plus personne ne se penche
Passent les corps sur les vitres colorées
l’appétit déposé

La cité serait-elle devenue un renoncement
bruissement de tissus
et de métal


Rien pourtant dans l’air d’un printemps outrancier
ne retient plus ni élans ni traces
Et toi tu t’accroches à l’invisible des pas
qu’une illusion d’optique
des milans te rendrait familier
Les mots qui accrochent ta pensée
étrangement t’éloignent de ce que qui fut
Malgré tes yeux sur les regards posés
Malgré l’inclinaison à se frotter aux souffles
tes lèvres entrouvertes
tu échappes au ballet des humains



Tu puises inlassablement
dans le vague à l’âme
que te renvoient les murs
dans l’insolence des roseaux
dans l’onde patiente des pastels
la partition de tes sens
Sur les coquelicots les épis clairsemés
les ibis les palissades
le sel de la lagune
l’attention se déporte
et cherche l’harmonie


Tu y vis un jour un dormeur
et voici que s’approcherait un funambule des marais
sa gouaille son port affable
la vérité des ces mots qu’on ne prémédite pas
le temps surpris par la lame de l’échange
ta peau outrepassant l’usage laissé aux habitudes
ta pauvre science soudainement culbutée
et la perspective d’un tel trouble
redessinée

31/05/2022 à Sête

6 réflexions sur “d’un tel trouble, la perspective redessinée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s