Accueil » au jour qui passe, dire son fait » apaiser le champ de bataille

apaiser le champ de bataille

07/08/2022 Prémices

Tu parles de frotter au monde
ton souffle et ta sueur
Pourtant à ta terre
aux premières fragrances des chaleurs
tu retournes

Vois les réticences
et au seuil la valse entre saisons
La froide terre sa persistance
Ton impatience
et en chien de faïence
le corps et la matière
Tu parles de te frotter au monde
et par-delà la ligne d’horizon
retrouver ce qui est en toi palpite
D’instinct le sang dans tes veines
te conduit au sol qui te nourrit
Et les gestes malhabiles

Vois ces résidus d’automne
érable bouleau merisier
herbe sèche et brindilles
au souffle et à la hâte disposés
Rien ne se perd et Lavoisier passe tel l’ange

Ton corps se mêle aux caprices du sol
Aux crêtes s’indiffère
remue les plis des ans
sillonne la pente qui ainsi s’habite
aux radicelles ne laisse répit
fouille l’historique du lien qu’ici tu entretiens
Et tu laisses à l’arrière les béances
Un champ de bataille que d’une caresse
tu apaiseras demain

Puis au monde rassuré

tu vas

2 réflexions sur “apaiser le champ de bataille

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s