forcément 13

Une dernière fois
d’un mouvement furtif
tu balaies la combe et la lisière
l’assise des fermes d’altitude
emballant les murmures
et les balbutiements
Toute semence d’un singulier langage

A glisser ainsi te fourvoierais-tu dans le lisse
à perdre de vue
fondamentaux de l’être
et vigueurs de l’existence

Forcément
Il te faut retourner au sommaire
Reconsidérer le seuil et allégé
le franchir
entretenir à nouveau
le feu des journées ordinaires

Des traverses on ne fait pas son nid
Ce sont des chimères qu’on raconte aux crédules

Plus tard
Forcément s’invitent
les phrases sans consistance
qu’on presse au petit jour
épousant la veine du bois
Rituel du bol de la tartine beurrée
des fruits d’été mis en pot
et le regard qu’on tord
pour lire entre les lignes
(Est-ce cela le monde)
Locutions sans tête
occupant l’espace
se gorgeant d’importance
cravate noué à point
raides et frigides
et ce qu’elles induisent de contrainte
et de soumission

Tu reviens aux groseilles dans leur pot
au soleil irradiant la terrasse
au jour à construire
et tu te demandes par quel bout
attraper la tartine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s