Accueil » au jour qui passe, dire son fait » imperceptible, son envol

imperceptible, son envol

Oct 2021 / entre Abers et Brignogan

Je te vois paupières abaissées
de profil l’assoupi
et peut-être dois-je alors faire silence
patienter
Le temps pour l’esprit
ici-bas de revenir

Du siècle presqu’abouti
l’insignifiant et l’infime
Des instants
si peu de réminiscence
quand du regard
une flamme d’innocence
dérobe le passé
l’hésitation
aux points de suspension
oblige

Entre tes murs un repaire mouvant
des corridors secrets et des chausses-trappes
Au crépuscule
tu effleures les portes d’entrée
d’un interstice supposes la lueur
et puis t’absentes

Un siècle ou moins quelle importance
Ne plus tenter d’en appréhender les contours
Par bribes remontant à la surface
ce qui surgit s’étiole
et bienheureuse tu t’en contentes

Et au souffle qui manque
tu t’absentes à nouveau

Oh correspondances si brèves
Courir dans les couloirs devient dérisoire effort

Je sais le train passé
et du récit
les blancs
Au parloir les absents

pour remplacer ce qui déjà manquait
il n’y a plus d’abonné

Poursuivras-tu jusqu’au siècle abouti
Aux failles de l’existence
te faudra t-il
donner aux heures consistance
quand pour une millième fois
aux jeux du vent
à la sérénade des feuilles
tu offriras ta pensée



2 réflexions sur “imperceptible, son envol

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s