à la mémoire

janv 20 / retour à la case hiver

Offrez-leur pour tout bagage
une mémoire de piaf
(et ce serait insulte faite aux piafs)
et les voilà qui braient en troupeau rassemblé
Merde aux leçons d’Histoire qui ne suffirent pas
Merde aux contours du droit qu’on enfreint sans vergogne
Aux regards qui broient
aux discours ravageurs
quand la contagion empeste la cave putride
une sueur froide entre mes omoplates

Ainsi profane t-on sciemment les terreurs et les morts
la mémoire des déportés des éclaireurs et des braves
si nulle détermination ne nous habite plus
pour que dans l’œuf même
l’interdit soit signifié

L’ombre nous gagnerait
et nous serions incrédules
dans l’obscurité même


(Partout des lumières qui la nuit restent allumées
est-ce illusion ou lutte)

Bienheureuse sois-tu
qui au siècle rendue
et la mémoire absente
suspendue d’un souffle
à l’espace et au temps
des démons n’entrevoit plus les faces


Oh fantômes de nos aïeux
dressez tables et estrades
installez les sonos
et hurlez-leur aux disciples pâmés
l’inexorable chute et la douleur des geôles
lorsque la haine dénoue nos brins d’humanité

et les charniers

Mais les vois-tu ces visages de cire
l’esprit offert sans retenue
Dès lors
toute considération dissoute
Le gouffre les engloutit
et sur les hautes faces
de leurs imprécations
l’écho

Destins se jouant des règles qu’on croit dans le marbre gravées
La voici de retour l’antique tragédie
Des justes ou des fauves
la lutte fratricide


Pourquoi





2 réflexions sur “à la mémoire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s