ouvrages

21/11/21 au soir rendu

Que pourrait au soir rendu
le poseur de strophes
quand les doigts harassés
l’ouvrier des journées
sur la patère dépose
sa veste de chantier
en vrac au linge du lendemain
ce qu’il use au labeur

Qui sommes-nous
qui derrière les paroles choisies
délibèrent et libèrent
sinon de l’ordinaire des traducteurs
salopette élimée
qui à l’œil offrons
l’impossible et le possible
qu’on découpe et assemble

Tu vois
novembre déroule
et je traverse les jours
le corps témoin de ces années qui s’ajoutent
et de ta demeure
je persiste à l’ouvrage
je cogne appuie perse visse soulève
même si l’outil pèse plus lourd maintenant


Quand le couchant pose mon congé
A la lune qui courbe mon retour
la beauté dans le geste
toute poésie dans le souffle qui bâtit





4 réflexions sur “ouvrages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s