Accueil » au jour qui passe, dire son fait » la mesure de ce qui s’échappe

la mesure de ce qui s’échappe

C’est à l’heure primaire
que les brumes remontent jusqu’à nous

Saurions-nous prendre la mesure de ce qui s’échappe
si nous n’allions au devant


J’ai remisé aux heures sans urgence
ce qu’un dimanche sans attente
on s’obligerait

Si nous ni prêtions attention
les derniers restes de mai
aux rafales de novembre
de dépit
nous délaisseraient tout à fait
et je connais ces jours de vide
quand les occasions qu’on a manqué
ouvrent grand la porte des regrets

Et je connais ces jours de vide
pour lesquels feront l’affaire
les urgences remisées

4 réflexions sur “la mesure de ce qui s’échappe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s