bref retour 11

05/10/2021 l’Herbaudière

Tu me diras
Toi qui de l’insoumission
cultive le privilège
Du chant des partisans
siffle moi encore l’air

Je répondrai
Il est des multitudes
qui piétinent des heures
pour une illustre image
pour une oreille sacrée
pour une goutte d’espoir
Et nulle part
l’énigme de nos présences
ici bas n’y trouve solution

Il est des désirs
qu’un opiniâtre  pied de grue
désespère à la longue
Mais il est aussi à rebours du fleuve
des tortillards de l’esprit
tels des transsibériens
qu’on attrape au hasard

Extrait de « il est des contre-allées où l’on se risque à contresens »
Mars 2021

05/10/2021 l’Herbaudière

bref retour 10

Sept 21 / Batz sur mer

Ce sable qu’on fouille pour mémoire
quand l’invitation à danser tarde
de son essence ni consistance ni désir
De la plage qui s’éloigne
dans la candeur du regard
toujours la même trame
une touche ajoutée à chaque passage

Prendre résidence
quand l’azimut épouse le dénuement
Les paumes à la lisière de l’abandon
reposées sur la sève tarie
bois du banc poli à force de redire
juste pour qu’à point nommé
le propos soit servi
Et  de passage en passage
on tutoie à distance
les torpeurs fugaces et le silence qui s’obstine

Extrait de « dans le souffle qu’on n’ose » juin 2021

Sept 21 / Batz sur mer

bref retour 9

Sept21 / le Conquet

Il est des frontières
qu’on enjambe sans savoir
et de chaque côté
de la même façon
le nez avale l’air
Aux pollens pareillement les fruitiers s’abreuvent
L’herbe au vent plie ainsi

D’une unique matrice toutes roches métamorphiques
et des cristaux variété et richesse

Il est chaque jour des murs qu’on érige
forteresses d’identité
quand dans les oubliettes de l’Histoire
rancit et dégénère la détermination de race
et dans l’obscurité
prospère la bête

Eux Poucets sans un caillou
partis d’où et pourquoi cela importe t-il donc
s’en vont quelque part
un littoral pour sommaire
un trottoir en guise de sente

La vague les emporte
la confiance aveuglée par une poignée de sable
la survie dans des noms dont ils frôleront les murs
et dont ils ignoreront tout
En désespoir de cause
aux gardes chiourmes
aux profondeurs des eaux
aux chasseurs aux profiteurs
aux flics aux soldats
leurs corps en pâture

Extrait de « la vague les emporte » / avril 21

bref retour 8

Reprise ce jour d’une série d’extraits de textes écrits cette année (ou pas), accompagnés de photos récentes (ou pas) , en lien (ou pas). L’actualité faisant parfois loi…

En ces temps
Cent mille bouches exhalaient l’impatience
On retrouvait dans les gouttes de silence
ses perles en suspension sous l’élancé des branches

Dans les salles d’attente
cent mille rêves mis en bouteille
chacun sans pareil aux autres
et subsistait à présent la crainte du naufrage

De l’intrépidité des soies
passerelles qu’à l’ombre des géants
par dessus les précipices
deux cent autres mille mains tressaient
chacun redoutait l’inconsistance

Extrait de « veilles » / nov 2019

bref retour 7

Reprise ce jour d’une série d’extraits de textes écrits cette année (ou pas), accompagnés de photos récentes (ou pas) , en lien (ou pas)
Après ces mois de « forte » production, cette pause me permettra quelque recul nécessaire… Merci pour votre « suivi ».

sept 21/ Vendée

Nous en étions restés
aux peaux qui au secret des murs
se désolaient de ne pouvoir vibrer
Au métal si bas baissé
que l’œuvre laissait au temps
de quoi s’insatisfaire
Nous en étions restés aux vitres sur le vide
quand les parvis font lettre morte
Tant de lamentations et de charme rompu
De tout cela qu’en dira le futur
quand les jours obligeront au travail de mémoire

Fleur de bitume
Vivace des rues qui s’éveillent
crains-tu la parenthèse
de celles qu’on referme brutalement
quand des frayeurs on dicte les arrêtés
Ou plutôt
voici venue pour toi
l’heure des innocents
aux jambes et aux épaules
qui du poids se délivrent
aux grains de beauté
aux lisières de pâleur
aux chevilles déliées
quand le pas enfin
d’une chaloupe ose

Extrait de « Vivante est la rumeur » / Juin 21

Sept 21 / Vendée

ouest 10 (fin)

Oct 21/ Chantiers de l’Atlantique

Mille excuses
de l’issue
nous dérobent

J’interroge les traces
qu’en ordre dispersé
le couchant
de l’arrière dépose sur l’asphalte
Dès lors quitter une voie expresse
et d’instinct côtoyer le fleuve
qui d’un juvénile lit
aux méandres
vers l’orient s’évapore

Lire la suite

ouest 9

08/10/21 Pointe de l’Herbaudière

Ainsi le levant
chevauchant d’autres talus
absorbe l’obscurité
Tous tons qui se ravivent
d’un soupir t’entraînent
Et de l’ouest déjà
à la lisière d’une négligence
l’inéluctable qu’on pressent

Toujours le goémon
qui s’attache au possible

Lire la suite

ouest 8

Sept 21 / Après Brignogan

Et de raison
à l’origine de l’ouest
tu serais revenu

Comme une arche qui s’ouvrirait au large
l’entrevue d’une vitre ouverte
Au ciel se découpant
assagie assoupie
des errants magnifiques
la silhouette
Au fond barrant la mer
d’un anthracite sans faille
la jetée
la tresse liée à la rouille
et au jour
l’ancre reposant

Lire la suite

ouest 7

04/10/21 Saint Nazaire

En substance
serions-nous erratiques devenus
qui aux rituels préfèrerions
les contours du vide

Quand suspendue à l’inclinaison
aux ramures aquatiques
aux érables sycomores aux robiniers
aux chataîgners et bouleaux
vers l’anneau
l’amarre désertée
la cendrée nous conduit

Lire la suite