adagio

juillet 2021 / réserve des Hauts de Chartreuse

Viens
Il nous faut faire cœur léger
quand au scabreux d’une époque
la boue nous figerait
et les désirs
de frayeur seraient
(celle du gendarme ou celle du corps brisé)
escamotés

A force
résonnent des mots qui s’épuisent
les cernes aux yeux et dans la bouche
le glas

Lire la suite

les temps sont durs pour les enfants de la balle

Je poste de nouveau une courte (5 mn) vidéo réalisée en 2019.
Elle a été réalisée à partir d’images prises lors des festivals de Chalon dans la rue, d’Alba la Romaine, Place Libre dans mon village, entre 2015 et 2018.
Une pensée aux compagnies d’art vivant qui voient l’été s’assombrir.

augure

mi juillet 2021 / en berne

Ces jours en berne
l’épi et le pétale
la peine d’un ressort mal arrimé au ciel
Perdure une saison d’arrière garde
et cette mollesse qui
au chapelet de perles suspendues
sans éclat terrasse toute fierté
Je vais à travers
trempant les chausses et d’humidité
chargeant la toile du pantalon
Un chemin d’usage qui d’habitude pousse à la rêverie
Au passage
délestées de leur charge
les tiges dressent le nez
d’une précaire audace

Lire la suite

une ligne de démarcation

Juillet 2015 / Chalon dans la rue : Hêtre

Inspiration

Du diazote et du dioxygène
entre dans mon intimité
l’indispensable d’un atmosphérique partage
et mes yeux se portent vers les bonheurs du jour
sourires et déambulations
audaces qui du rire ou de l’exclamation
enhardissent l’envie

Expiration du diable


Mon être exhale une part de moi
l’empreinte d’une méfiance
qu’on dénude dans une bulle
quand pour prétexte d’une exponentielle
on instrumentalise le souffle
L’intégrale d’une désinfection
Contrôles et surveillance
Purification de l’être
Ausweiss

Lire la suite

méandre (6)

Par les berges par les halages
entre orge et maïs
futaies et marais
dans l’inconnu des visages
les pistes s’éparpillent
Loin du jardin d’Eden
les destinées aux contours indistincts
croisées sans s’entrecroiser
Le déterminisme d’une naissance
et la terre bon an mal an
qu’on occupe désormais
Au sinueux du tracé
le voyageur tel le plus petit dénominateur commun
qui malhabile exposera à la lumière
si peu de perception

Lorsque

D’un chapeau de paille
celui-ci protège l’inconfort d’une sieste
le mur décrépi pour couche
Celle-ci mi-enfant mi-adulte
éperdue d’alcool et de désamour
rattrapée au col par une samaritaine
sa langue balbutiant le chaos des échecs
Eux dans l’usure du corps une étincelle intacte
retrouvant dans nos gestes
les frissons d’un temps à peine flétri
La remorque d’un tracteur
toute de hâte tirée
résonne sur les planches du pont
Prendre l’orage de vitesse
D’une pétarade l’embarras d’une virilité naissante
plongeon démonstratif et l’exagération dans le rire
Aux demoiselles la densité de l’âge
dissout les parades masculines
Retour au bercail d’un début d’été
Aux rives le dimanche
un bruissement
Les gaules en bouquet fouillent le saumâtre
l’attirail en ordre de marche
A l’odeur des grillades
tout fleure l’habitude
D’autres de passage
maisons de retraite mobiles
dans le songe des rituels
toutes antennes brandies
Un solitaire marcheur
ses paroles à fleur de peau
dévide au débotté le silence des jours
Par intervalle
elle s’efface puis revient
trompant notre silence
ajoutant une pièce au puzzle de ses tracas
Une autre soudée au fauteuil
aspire le repos avec sa paille
avec pour horizon l’agitation d’un écran
Lui se fabrique un univers entre enclot et clope au bec
Eux imperturbables bravent l’ondée
tout pépin toute capuche tout toutou mouillé
petit trot cabas plein cigarette foutue
Lui d’un apéritif la parole déliée
épouse ses sentiments au plus près de la langue
Une autre vie qu’on consume
dans la gomme des pneus
hurlement d’un bolide au hasard d’un virage
Elle ploie à l’imprévu
masque tout accroc sous un foulard de crainte
Eux veulent comprendre
de l’attelage inspirent leurs espérances
Et tant d’âmes
déposées sur la carte
autant de centres de gravité
livrés au mouvement des astres

Lire la suite

un bon samaritain

N’en déplaise (ou n’en déplaise pas) aux suiveurs de ce blog, je fus croyant et de la parabole du bon samaritain je dus, crédule enfant que j’étais, un nombre non négligeable de fois, en suivre la lecture et l’homélie .
J’y ai vu un message de solidarité me semble t-il. A mon insu, il m’en est sûrement resté quelques séquelles.
Habitants à l’époque au nord de la banlieue nord de Paris, d’un milieu modeste mais profitant de l’essor des trente glorieuses, nous suivions notre mère dans les magasins parisiens dans le but de nous équiper, ainsi que notre demeure, de pied en cap. Internet n’existait pas, Amazon et consort non plus, le Marché Saint Pierre, Tati, le BHV et la Samaritaine faisaient donc partie des passages obligés, leurs tarifs correspondant au contenu de la bourse familiale.

Lire la suite

méandre (5)

03/07/ 21 lac du Bourget

Il nous faudrait nous résoudre
à abolir ce qui en nous trépigne

Un rectangle sur les lèvres et un point sur l’épaule
toute figure de style
d’une plaine sans atour


Vivre n’est-il pas
du cercle comprendre la source
le point d’origine et l’azimut

Peux-tu échapper aux ébullitions
que génèrent l’absurdité des rapports de force

Lire la suite

méandre (4)

01/07 Prémanon

Ici le gras d’une herbe
qu’un printemps généreux verdit
nourrit en abondance
le troupeau
toutes clarines rendues
à l’écho d’une combe
polyphonie soutenue et aérienne
Par delà
en bordure d’un ciel nauséeux
volutes creusées et ténébreuses
l’aléatoire d’une ligne
crêtes désertes au vent lissées
Et entre
d’aussi loin que porte le regard
de gauche à droite
la frange profonde des épicéas
le roux des cimes aux rayons du couchant

Lire la suite