méandre (3)

25/06 Petite Meurthe ?

Dans le tapage
d’un juin sans boussole
nous avancions
L’été naissant
impatient d’en découdre
sonnait la charge plus que de raison

Nous avancions
remontant les rivières
De ce vagabondage le flou
L’insistance d’une échappée
quand sur les bordures
se glisse furtive
la perspective

Lire la suite

publication

Sur la route une borne
telle une entorse faite à la résignation
J’avais laissé là
avec l’incertitude qui sied au geste
une partie de moi
Et voici inscrit ici
la modeste obole

L’appel à écrire de Daniel Brochard a résonné en moi. Sa forme, l’interpellation et l’engagement.
J’ai plaisir à partager avec vous ma première participation à une revue, qui de plus fait sens pour moi.
Une revue fragile qui a besoin d’être soutenue.

La route etait délicate
et nous manquions de cette délicatesse
qui embellit les
âmes
Aussi nous réprimes la route

méandre (2)

22/06 Fontenoy le Château

Au drapé d’une lessive
au courant d’air qui chavire l’arrondi
la science d’un assemblage de tons
que renvoie la lumière d’un matin
L’existence

Vois-tu ta jeunesse
ces parades tapageuses
qu’éxacerbe un été en fanfare
Les rires les confidences
les éclats sans semence
Autant de promesses
autant de fils de filles prodigues

Lire la suite

méandre (1)

20/06 entre Auxonne et Gray

Que sait-on du temps qui découd son ourlet
la substance s’effilochant
quand tout glisse entre les doigts
Arrive les prémices du soir
que taquine une aurore s’ébrouant
et ce flottement
l’absence de prise sur l’heure
si ce n’est le rituel d’un bivouac
aménagement déménagement
L’eau trouble et laconique d’une rivière
qu’à la longue on tutoie
quand d’une langue de sienne
dénuement et générosité s’entretiennent
au secret du méandre
Taire toute obscénité
de celles qui retournent le cœur

Lire la suite

dépose minute 12

18/06 tous les footballeurs ne sont pas logés à la même enseigne

villars les dombes saint didier sur chalaronne asnieres sur saône fleurville /
vous montrerez que des politiques de flexibilisation du marché du travail permettent de lutter contre le chômage structurel / compter quatre jours de voyage pour être mis hors de soi / un lotissement qui sort de terre un autre des années quatre vingt une bicoque une guinguette des roses le domaine de une ruine des façades fatiguées qu’inonde le soleil / sujet du bac en économie deux mille vingt et un / comme je remontais à l’inverse d’arthur rimbaud des fleuves impassibles / hors de soi dans le sens hors de mes représentations et de mes schémas/ tournus gigny sur saône chalon gergy / trenet chantait nationale sept moi j’étais nationale six en R8 puis en fiat cent vingt quatre puis en quatre l / s’en aller voir ailleurs la vie quotidienne des habitants qu’on ne croisera qu’une fois et qu’un instant / l’argent est une religion et blanquer est son grand prêtre / c’était les congés payés / des champs de maïs des engins agricoles des agriculteurs des champs de maïs un champ de blé / loin des caméras de télévision / être à la retraite n’est pas avoir de la chance c’est un droit obtenu de haute lutte / être hors de soi / laïcité dit-on

18/06 un autre monde est possible
18/06 cliché

Suite à une panne d’appareil , toutes les photos sont prises avec androïd.

dépose minute 11

15 juin/ ravitaillement et attente à l’ombre

après jeudi ce sera la vie sans masque et toutes nos photos sans lèvres ni nez deviendront collector/ chapareillan jongieux massignieu de rives groslée arandon/ pour savoir si la france a marqué avec la canicule fenêtre ouverte on sait / s’immerger dans ce mouvement qui consiste à aller vers et voir venir / sault brenaz leyment perouges joyeux / suivre la trace s’égarer pester crever reparer mal réparer refaire croiser les doigts / le rhône celui de louis ferdinand ramuz dans derborence environ trois cent cinquante kilomètres plus près de la mer / quand la france gagne si on dort c’est raté / traverser l’alignement des cultures blé orge avoine et respirer la fin d’une mise en réserve / ou de sa source trois cent cinquante kilomètres plus loin / quelques kilomètres de route nationale à vingt et un kilomètres heure virgule huit peuvent être assimilés à une sorte de roulette russe / faire la course avec le fil de l’eau / à gauche ou à droite / devant votre seuil être passants / penser au stick à lèvres

à l’arrière plan

03/05/2021 Lyon

Prendre liberté pensons-nous
Donner au physique des sons
ce qu’intime l’évidence

Et nos mains à l’aveugle
hasardent une trajectoire

Rien à l’esprit ne vient
L’entends-tu la voix qui te chuchote
prends garde veux-tu
aux fauves à l’affut
leur souffle pestilentiel
de leur brutalité la salissure
Et reviens-nous vivant

Lire la suite

vivante est la rumeur

3 mai 2021 / Lyon

Du bitume j’irai voir
les âmes qui repoussent
Leur renaissance à toute suspension
La folle allure retrouvée
et la lumière qui frappe les façades
quand vivante est la rumeur

L’espace d’un instant
je romprai l’ermitage
et aux retrouvailles
j’oserai alors délaisser toute mélancolie

Lire la suite

les mots vagabonds (5)

08/2020 quelque part au sud de Tromso (Norvège)

Au vrac du monde
je voyais d’un puzzle
l’emboîtement des éléments
une préméditation
les gonds et les serrures
l’absence de fantaisie
et dans l’espace clôt
ma pièce stérile

Au vrac du monde j’inscrivis
des mots qui écarquillent
le glas sonné des douleurs
et de mon âme une révélation

Lire la suite