le silence des nuages

Et on aura un avant goût du bonheur
quand assis au coin du crépuscule
on patientera le temps de l’infusion
sans rien d’autre à emplir que cette patience là
sans rien d’autre à attendre que cet avant goût ci

On lèvera le nez
et le reste s’ensuivra
Il n’y aura pour tout son
que le silence des nuées
et alors tout sera dit et bien dit

Si près et tant à la fois.

Des hauts plateaux du Vercors aux hauts de Chartreuse
Tant à voir
Tant à voir autrement
N’allons pas croire que le confinement m’ait rapproché à ce point du précis de notre terre.
Un nouvel appareil pourrait en être aussi la raison.
Quel mois de mai !