Matin d’ogive

Au matin une brassée d’ogives
Et ne subsiste entre nous
Ni soleil ni orbite

Les astres invisibles
Où est cette lueur
Qui nous guidait alors

Et des béantes brèches de la cale
Des baillons en lambeau
La parole coule à flot
Sans source ni réserve

Hier ma langue cristalline lire la suite…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s